Que signifie être bouddhiste ?

Ce article est tiré de l’émission « Sagesse bouddhiste » diffusée sur France 2 le 22/10/2017 avec pour invité Karma Trinlay Rinpoché, maître dans la tradition karma-kagyu (vidéo en bas de page).

On peut définir un bouddhiste selon :

  • Sa vue philosophique
  • Sa pratique éthique
  • Sa pratique méditative
  • Son but recherché

Du point de vue philosophique, on distingue quatre vues ou thèses :

  • toute chose conditionnée est impermanente ;
  • les choses contaminées par les afflictions, par le soi sont sources de mal être ;
  • Il n’y a pas de soi, tous les phénomène sont dépourvue de soi, de substance et son vacuité ;
  • le nirvana, l’éveil, c’est la paix.

Du point de vue éthique, de la conduite morale le bouddhiste évite tout acte de violence envers autrui et à soi-même. C’est ce qu’on appelle la « voix du milieu » qui évite d’une part une vie consacrée au plaisir, au bien être et d’autre part une vie où on s’inflige des souffrances dans un but spirituel (ex : pénitence…).

La pratique méditative bouddhique doit nous permettre de nous affranchir de l’existence conditionnée et des sources de l’existence conditionnée, notamment la saisie de soi.

L’objectif de bouddhiste est d’atteindre l’éveil. Il ne s’agit pas d’un paradis ou de quelque chose de mystérieux qu’il ne serait pas vraiment possible de comprendre. L’éveil est une réalité de notre propre esprit, c’est le fait d’actualiser les qualités inhérentes à notre esprit. Ce n’est pas quelque chose de mystérieux ou qui serait promis en dehors de nous-même.

Le bouddhisme, religion ou philosophie ?

Le bouddhiste est fondé sur un raisonnement. Dans le bouddhisme il n’y a pas un dieu extérieur dont notre salut dépend et qui pourrait notre donner l’éveil par exemple. Il n’y a donc pas de vénération d’une force extérieure pour l’obtention de l’éveil. Par ailleurs, le bouddha à exhorter ses disciples à toujours remettre en question son enseignement, mais plutôt à l’expérimenter ou mettre à l’épreuve son enseignement pour penser par soi-même que cela est valable. Donc le bouddhisme est plus proche d’une philosophie ou d’une science de l’esprit.

Mais compte-tenu du fait qu’il y a dans le bouddhisme une forme de sotériologie, l’atteinte de l’éveil, en cela on peut le comparer à une religion. Le bouddhisme n’est donc pas juste avoir un point de vue sur la réalité.

Par ailleurs certains courants du bouddhisme comme celui du bouddhisme de la terre pure s’approche beaucoup plus de l’idée de religion. Par exemple il considère que dans cette vie l’atteinte de l’éveil est impossible.

Le message du bouddha

Le message du bouddha ce n’est pas de nous enseigner le mal être, c’est de nous expliquer d’où provient ce mal être et comment dépasser le mal être. La source du mal être c’est essentiellement l’ego, la saisie de soi, de je. De cette saisie de soi viennent des émotions comme la haine, l’aversion, l’attachement. Dans le message du bouddha il y a la promesse d’un au-delà du mal être. C’est, en ce sens, un message très optimiste.