La systémique

Nous proposons ici un résumé des concepts de la systémique telle qu’elle présentée par Luc Rambaldi et appliquée aux relations interpersonnelles et au développement personnel. Vous trouverez ses courts en vidéo à la suite de l’article.

Le principe de causalité définit qu’une cause engendre un effet. Cette causalité simple est la causalité linéaire. Chaque cause ou effet est soit un événement, soit un comportement.

Evénement A –> Comportement B –> Comportement C –> Etc. 

Mais cette causalité linéaire est trop limitée pour expliquer le monde comme par exemple lorsqu’il s’agit de relations humaines. Car les causes peuvent aussi devenir des effets pour le sujet de la cause initiale. Ainsi chacun s’influence l’un l’autre, on parle alors de causalité circulaire. Dans la causalité circulaire, cause et effet forment un système circulaire, et un tour de ce cercle forme une « boucle ».

Evénement A –> Comportement B –> Evénement A

La boucle produit quelque chose qu’on appelle la « propriété émergente« , dans ce cas il peut s’agir d’une relation, avec le temps par exemple d’autres propriété émergentes peuvent apparaître. La boucle permet aussi au système de se stabiliser.

Une première boucle peut être amplificatrice, elle génère ce qu’on appelle un feedback positif. Une seconde boucle pourra ensuite tendre se stabiliser le système, on parle alors de feedback négatif (car le phénomène diminue).

Une boucle est donc composée d’événements et d’une structure.

En systémique on ne cherche pas à identifier la cause première mais plutôt à identifier le système dans son entièreté. La boucle étant une boucle elle est autonome. On dit qu’elle valide chaque élément qu’elle relie (vu que c’est une boucle, on parle d’auto-validation.

Parfois nous sommes à l’intérieur de la boucle, ce qui peut rendre difficile l’identification de la boucle. Nous avons le nez dans le guidon et nous avons du mal à prendre du recul (Cf. technique de dissociation simple en PNL).

Il est utile de représenter la boucle en en identifiant la logique, par abstraction ou conceptualisation.

Nous avons le pouvoir d’agir sur les boucles, ne serait-ce que sur les éléments qui nous concernent.

Il y a également des boucles dont tous les événements me concernent et d’autres qui font intervenir d’autres personnes. Et il y a aussi des boucles dont nous sommes, en tant qu’observateur, totalement extérieurs, nous ne faisons pas partie de cette boucle.

On peut distinguer :

  • les processus internes (ex : perception)
  • les états internes (ex : émotion)
  • les comportement (externes)

A une échelle plus grande, pour des systèmes macroscopiques faisant plutôt intervenir des groupes d’individus, des organisations, etc. on distinguera :

  • des éléments internes
  • des comportements et événements macros

On distingue différents types de logique dans les boucles :

  • logique de rareté
  • logique de compétition
  • logique de coopération
  • etc.

Comment pratiquer ?

  1. repérer un événement, un comportement
  2. identifier les éléments de la boucle
  3. identifier la logique de la boucle
  4. abstraire la boucle, faire apparaître la boucle neutre
  5. identifier les leviers, les éléments sur lesquels nous pouvons avoir de l’influence

(Vidéos 1 à 7)

Vidéos

Source : https://www.youtube.com/watch?v=jsZ8OFnVlRw&list=PLYJr_BvPM0cvNnnW5E3LJuPy_xXF9X7pE