Homo deus – Une brève histoire de l’avenir de Yuval Noah Harari

Voici quelques idées développées dans le livre…

L’espèce humaine jusqu’à aujourd’hui à chercher à survivre à trois maux :

  • la famine
  • la maladie
  • la guerre

Aujourd’hui cet objectif est désormais atteint dans la plupart des pays riches.

Par conséquent, dans ces pays riches l’être humain cherche maintenant à atteindre trois nouveaux objectifs :

  • l’immortalité, la vie éternelle : il s’agit de vaincre la mort, par une approche scientifique/technique)
  • la félicité, le bonheur : par une approche technique/scientifique, par la prise de médicament ou de drogues ou par une approche génétique. Certains pensent que le rôle de l’état est d’aider les citoyens à atteindre le bonheur. Mais les bouddhistes par exemple, tout en étant en phase avec la manière dont la science décrit le phénomène de bonheur/plaisir, opte pour une approche radicalement opposée, plus proche de celle d’Epicure et qui consiste justement à s’éloigné d’un assouvissement systématique de ses moindres désirs.
  • la divinité : au sens des Dieux des anciennes religions. Par exemple l’homme peut voyager n’importe où sur la planète en quelques heures ou envoyer des vaisseaux sur d’autres planètes. Il s’agit aussi de créer la vie, de contrôler la vie notamment avec la génétique.

Certains portent l’humanisme au rang de « religion » et pensent que l’être humain est supérieur à tous les autres êtres vivants.

Bientôt un nouvel être humain pourrait être supérieur à homo sapiens avec par exemple un cerveau connecté à un ordinateur ou un réseau d’ordinateur, ou un être humain génétiquement amélioré. Même l’intelligence artificielle pourrait donner naissance à une espèce plus intelligente que homo sapiens.

Mais le fait que ce soit une possibilité ne signifie pas que cela arrivera. Le simple fait de se poser la question de ce qui pourrait arriver, influence nécessairement le cours des choses.

Le sens de nos actes

Seuls les humains ont la capacité à imaginer des choses nouvelles. Par choses nouvelles on entend des objets, mais aussi des idées. Des idées comme les droits de l’homme ou la démocratie par exemple. Certaines de ces idées peuvent former une « toile de sens intersubjective » (ou systèmes de pensées et de valeur) lorsqu’elles sont partagée par un groupe d’individus. Il peut s’agir de religion, de système politique, d’une nation, etc.

Ce sont ces systèmes pensées et de valeurs qui donnent du sens aux actes des humains. Ce sont eux qui motivent les humains à coopérer en masse et en souplesse (une autre capacité uniquement humaine) et ainsi parvenir à des réalisations objectives exceptionnelles comme aller sur la Lune par exemple.

Par ailleurs, un petit groupe d’humains peut dominer un grand groupe d’humains en les empêchant de coopérer ou en créant d’autres systèmes de pensées et de valeurs (généralement basés sur un mécanisme de menaces et de récompenses).

Ainsi l’extraordinaire imagination des humains leur permet de créer des systèmes de pensées et de valeurs qui peuvent être très puissants et donc très dangereux.

Pour Harari le 21ème siècle sera marqué par un phénomène nouveau : les humains vont modifier la réalité objective (ADN, climat, cyberespace) en se basant sur leur « toile de sens subjective », leur idéologie.